le Quantified Self et ses opportunités marketing

Le quantified self est un mouvement qui incorpore la technologie dans l’acquisition de données sur différents aspects de la vie quotidienne d’une personne. Initié en 2007 par Gary Wolf et Kevin kelly, cette tendance s’est développé pour compter à ce jour 18,652 membres dans 31 pays différents, qui partagent un intérêt certain pour l’analyse de leurs comportements via les technologies de tracking et d’enregistrement. L’étendue des possibles  est immense et passe de l’analyse du nombre de bouchées par repas jusqu’au reporting et le calcul des différentes phases de sommeil. Il est vrai que la curiosité sur le « moi » a toujours existé, mais la démocratisation des moyens technologiques actuels permet un accès à la portée de tous. En effet, durant les 10 dernières années, avant même que l’iPhone et autres appareils permettant l’analyse du comportement à moindre coûts existent, il était indispensable de consulter des experts dans la recherche du comportement. Cela entrainait des budgets conséquents et des ressources allouées importantes afin de collecter ce type de données. Néanmoins, la technologie disponible aujourd’hui a transformé la quantification de l’activité en des processus rapides et de moindres accessible pour tous ceux qui souhaitent se connaître un peu plus. Parmi les exemples de technologies de Quantified Self connus, nous pouvons citer FitBit et Jawbone, qui collectent des données à propos des activités journalières et des cycles de sommeil. Un autre exemple est le LUMOback, qui vous alerte lorsque votre posture assise n’est pas bonne pour votre dos. D’autres solutions existent via nos smartphones, véritables plateformes pour analyser nos données de manière multimodale sur où nous sommes via Foursquare, ce que nous portons via Stylitics, et ce que nous mangeons via Calorific ! En réalité, même si vous ne souhaitez pas analyser et collecter ces informations à partir d’applications dédiées, les données que vous distiller sur les réseaux sociaux sont soigneusement et constamment analysées de manière invisible afin de comprendre vos comportements et de s’y adapter. A ce titre, sachez par exemple que votre smartphone collecte constamment des données sur votre localisation, et ce, sans notifications.

quantified self

Quelles opportunités pour le marketing ?

Todd Cullen, directeur des données chez Ogilvy & Mather évoque le lien entre le Quantified Self et le marketing « D’un point de vue marketing, cette nouvelle dimension des données utilisateurs est une vraie mine d’or. Pensez simplement à ce que nous pouvons réaliser avec des données provenant d’un tracking en temps réel des mouvements du corps, des réactions physiques suivant les stimuli présents. Nous aurons accès aux données en un instant, dans sa forme pure, liée à la conscience que les gens utilisent leurs données pour améliorer leurs comportements et leurs vies ». Il est vrai que le secteur du marketing a toujours été tourné vers les moyens de pouvoir quantifié les comportements du consommateur. Depuis les questionnaires et les focus groupes, jusqu’au capteur de mouvements dans les magasins physiques, la recherche marketing est constamment en développement de nouveaux outils permettant rapidement et efficacement de collecter les données concernant les logiques comportementales. Cependant, pour la première fois, les consommateurs mesurent eux-même leurs activités et génèrent une quantité impressionnante de données, fiables et régulières. Le champ des possibles est énorme et l’avenir du marketing repose forcément sur les enjeux du big data et du traitement de ces données dans le cadre de la relation prospect et client.

Quel intérêt pour le consommateur ?

Le plus intéressant pour le consommateur avec toutes ces données récoltées est, biensûr, de se connaître un peu plus et de s’améliorer. Beaucoup d’exemple illustre ces problématique d’amélioration via les datas : mesurer en quoi notre consommation de café est corellée avec notre productivité. Est-ce que les jours stressants entrainent une sur-consommation de malbouffe. Bientôt sûrement, le smartphone pourra analyser votre voix durant les conversations et vous alerter sur une maladie détectée. En réalité, il est possible qu’avec les enjeux liés à la collecte d’une telle quantité d’informations, le self tracking deviennent obligatoire et non plus volontaire. Dans un but de sensibilisation sur nos propres modes de vie, son impact sur notre santé, notre productivité et notre humeur, certains projets pourraient, je pense, aller en ce sens. Certains sont libre de penser que le QS est intiment lié à l’obsession de l’analyse autocentrée, ce que je ne nierais pas, car il est clair qu’il est difficile d’occulter le fait que via la technologie, notre connaissance de nous même se voit approfondie. Néanmoins ce mouvement se présente avant tout comme une aubaine pour le secteur de la recherche en marketing du fait de qualité de ces données récoltées et des possibilités d’anticipation inhérantes aux découvertes liées à l’analyse de ces données comportementales. Comme l’évoquait le consultant Clive Humby dès 2006 “Les données sont le nouveau pétrole de l’économie”.

quantified self portrait

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s